Le dernier numéro des Études renaniennes (décembre 2016) vient de paraître.

On ne s’étonnera pas que Renan, dont l’œuvre connaît une popularité considérable au XIXe siècle – la Vie de Jésus n’est-elle pas le second succès littéraire du siècle après Les Misérables de Victor Hugo ‒ ait suscité l’intérêt de nombreux écrivains, comme Paul Bourget, André Thérive, Maurice Barrès, Mary Ward et Nicolas Ségur qui le font apparaître dans leurs œuvres. C’est cette utilisation de Renan dans le monde de la fiction qui forme la matière des articles suivants :

« Traces du « Maître » Renan dans Le Disciple de Paul Bourget », démontre que les personnages de ce roman sont semblables à Renan qui, en 1849, peu d’années après avoir abandonné le séminaire pour la carrière scientifique, avait touché le côté mortifère de la raison jusqu’à proclamer d’avoir tué en soi sa jeunesse et sa naïve spontanéité.

« Un (faux) Renan en voyage », présente un Renan, accablé d’engagements mondains, qui trouve un sosie pour le remplacer en de certaines circonstances… avec des résultats souvent drôles et paradoxaux.

« La construction du personnage de Renan dans l’œuvre du jeune Barrès » étudie l’influence du genre littéraire sur la construction du personnage et montre que le Renan du jeune Barrès oscille entre la marionnette ou la pure référence philosophique mais n’a pas de véritable consistance romanesque.

« Robert Elsmere : Roman sur Renan, roman renanien » analyse le héros du roman de Mary Ward, qui  ne serait pas tant un double fictionnel de Renan qu’un personnage christique selon Renan, et  dont le parcours transposerait au monde contemporain la lecture renanienne de la vie de Jésus.

« Renan personnage du roman de Nicolas Ségur : Monsieur Renan devant l’amour » se penche sur l’œuvre de N. Ségur qui, comme pour payer une dette de reconnaissance au maître que Renan fut pour lui, nous rappelle les grandes étapes de sa croyance capitale, à savoir que l’homme doit travailler à la perfection de l’humanité et que l’amour est un chemin sûr qui peut l’y conduire encore.

La revue propose de plus les travaux de deux doctorants, témoignant ainsi de la vitalité de la recherche sur Renan : « Les sciences naturelles en Bretagne, ou la réécriture de soi », et « L’influence de l’interprétation des écrits de Renan sur la colonisation ». Un aperçu bibliographique complète le numéro.

Vous trouverez le sommaire détaillé et le lien pour commander le volume dans la section « Études renaniennes » − numéro 117.

La prochaine livraison (2018) aura pour sujet Renan : caricatures et satires.