Maurice Gasnier, membre de notre société, vient de publier un essai sur « Ernest Renan et les frères Goncourt (1858-1870) : une relation ambiguë ». L’article, paru dans le volume Les Goncourt diaristes, Textes rassemblés et présentés par Pierre-Jean Dufief, Paris, Champion 2017, analyse la critique que les Goncourt font de Renan et de son œuvre, de la première mention de Renan en 1858 dans le Journal jusqu’à la mort de Jules en 1870.

 

Le Journal des Goncourt fait revivre un demi-siècle de vie littéraire et artistique, brossant, dans la meilleure tradition des moralistes, des portraits inoubliables, souvent cruels, parfois injustes. Les deux frères manient la formule assassine, cisèlent la maxime, multiplient les anecdotes, cultivent la prose poétique et l’écriture artiste. Diaristes et journalistes, ils captent l’instantané, l’éphémère, l’actualité. Le Journal est une vivante archive, qui documente l’œuvre des Goncourt et fait revivre sa genèse. Le Journal témoigne mais il ne doit pas se lire au premier degré car il esthétise et spectacularise. Document mais aussi monument patiemment construit par ses auteurs à leur propre gloire, le Journal des Goncourt, qui signe la naissance d’une forme nouvelle : le journal de la vie littéraire, est aujourd’hui devenu un « classique ».

 

Table des matières

Présentation sur le site Honoré Champion